Page du jeudi 13 décembre 2018


Idiomathique du jour

Les mathématiciens, même les plus brillants, se doivent d'avoir le teint math.


George Polya 



Le mathématicien hongrois George Polya est né le 13 décembre 1887.

Il a travaillé sur un grand nombre de sujets, dont les marches aléatoires où il a démontré que le dicton-théorème "Tous les chemins mènent à Rome." était vrai en dimension 2, mais faux en dimension 3.

Polya est aussi très connu pour ses livres concernant la pédagogie et les méthodes de résolution des problèmes. On trouve encore chez amazon son livre "Comment poser et résoudre un problème"
J'ai lu, il y a quelques années, les 2 tomes de "La découverte des Mathématiques" aux éditions Dunod, mais cela ne semble pas réédité.

Quelques citations (source ):

Une méthode est un truc qui a été utilisé plusieurs fois.

Les mathématiques consistent à prouver des choses simples
par des moyens compliqués.

Les Mathématiques sont la moins chère des sciences.
Contrairement à la physique ou la chimie, elles ne nécessitent
pas de matériel coûteux. Tout ce dont on a besoin en mathématiques
c'est un crayon et du papier.

Un professeur de mathématiques est un accoucheur d'idées.

Je suis trop bon pour la philosophie et pas assez bon pour
la physique. Les mathématiques sont entre les deux.

 

François Viète : un mathématicien sous la Renaissance 


Le mathématicien français François Viète est mort le 13 décembre 1603.

Il est considéré comme un des principaux précurseurs de l'algèbre, il est en effet le premier à avoir représenté les paramètres d'une équation par des lettres. Il a aussi joué un rôle politique comme conseiller privé d'Henri III et d'Henri IV.

Pour découvrir sa vie et son oeuvre on pourra lire le livre "François Viète : un mathématicien sous la Renaissance" (Vuibert - 2005) écrit, entre autres, par Évelyne Barbin, Anne Boye, Pascal Brioist, Jean-Pierre Le Goff. On peut le commander sur amazon...

Des collégiens ont réalisé une BD qu'on trouve ici...

Enfin on trouve sur Galllica "L'algèbre nouvelle, de Viète, traduction en françois par A. Vasset."

 

Tartaglia et les équations du 3ème degré 


Le mathématicien italien Niccolò Fontana dit Tartaglia (« Le Bègue ») est mort le 13 décembre 1557.

Il est principalement connu pour avoir découvert une méthode de résolution d'équations du 3ème degré.
Il a exposé cette méthode dans un poème qu'on trouve ici avec la traduction :

Quand le cube avec les choses
Est égalé à un certain nombre
Trouves-en deux autres qui diffèrent de ce dernier
Ensuite tu tiendras ceci pour habituel
Que leur produit soit égal
Au tiers du cube, des choses exactement
Ensuite son reste général,
De leurs racines cubiques bien soustraites,
Vaudra ta chose principale.

...

On retrouve ce poème dans un énoncé de problème (post-bac) proposé ici...

 

Al-Biruni, un génie de l'an mil 



Le mathématicien persan Al-Biruni est mort le 13 décembre 1048.

Moins connu que son contemporain et compatriote Avicenne,
Al-Biruni, l'Aliboron du Moyen Âge, apparaît comme un savant encyclopédiste : au-delà de ses deux spécialités de base, les mathématiques et l'astronomie, il a été historien, ethnologue, minéralogiste, pharmacologue, traducteur et poète.

Laurent Herz retrace sa vie dans son livre "Al-Biruni, un génie de l'an mil".

 


Des livres de Maths 


Livraison mathématique

Toutes les nouveautés du rayon Mathématiques de votre librairie virtuelle...

 

Dans les blogs de Maths