Page du lundi 19 août 2019


Idiomathique du jour

Un mathuvu ne fait que débiter un triste galimathias.


David Gawen Champernowne et les nombres normaux 



Le statisticien anglais David Gawen Champernowne est mort le 19 août 2000.
Il est connu pour ses travaux sur les nombres normaux: nombres réels dont les chiffres apparaissent tous à la même fréquence.
On lui doit aussi le nombre de Champernowne 0,1234567891011121314151617... qui contient dans son développement décimal la concaténation de tous les nombres naturels. Ce nombre est normal en base 10, mais il ne l'est pas dans certaines autres bases. De plus c'est un nombre univers en base 10.

 

Jean-Baptiste Joseph Delambre et le mètre 


L'astronome et mathématicien français Jean-Baptiste Joseph Delambre est mort le 19 août 1822.
Avec Pierre Méchain, il a entrepris la mesure d'un arc du méridien de Paris, entre Dunkerque et Barcelone, pour servir à l'établissement du système métrique. Cette expédition a duré de 1792 à 1799.
Les deux hommes ont écrits "Base du système métrique décimal, ou Mesure de l'arc du méridien compris entre les parallèles de Dunkerque et Barcelone" qu'on peut trouver sur Gallica.
Delambre est aussi le rédacteur d'un "Rapport historique sur les progrès des sciences mathématiques depuis 1789 et sur leur état actuel", présenté à l'Empereur le 6 février 1808 et que l'on trouve aussi sur Gallica.

 

Blaise Pascal et l'esprit géométrique 



Le mathématicien et physicien, philosophe, moraliste et théologien français Blaise Pascal est mort le 19 août 1662.

Il est à l'origine de deux nouveaux champs de recherche majeurs: la géométrie projective et, avec Pierre de Fermat, la théorie des probabilités.
Il énonce pour la première fois le principe du raisonnement par récurrence.
Il a donné son nom au triangle de Pascal, au théorème de Pascal, ainsi qu'à la pascaline.
Il a exposé sa philosophie des mathématiques dans le texte "De l'esprit géométrique et de l'art de persuader" qu'on peut lire sur WikiSource ou commander sur amazon.

Citation :
Cette véritable méthode, qui formerait les démonstrations dans la
plus haute excellence, s'il était possible d'y arriver, 
consisterait en deux choses principales: l'une, de n'employer aucun
terme dont on n'eût auparavant expliqué nettement le sens; l'autre,
de n'avancer jamais aucune proposition qu'on ne démontrât par des 
vérités déjà connues ; c'est-à-dire, en un mot, à définir tous les 
termes et à prouver toutes les propositions.

 

Pierre Vernier 



Le mathématicien français Pierre Vernier est né le 19 août 1580.

Il est l'inventeur de l'instrument de mesure qui porte son nom : le vernier.

Le vernier fonctionne de la manière suivante :
- la partie fixe du pied à coulisse est graduée en millimètres (mm), de manière classique ;
- la partie coulissante comporte un trait, appelé ici « trait principal », permettant de lire cette valeur (précise donc au mm près) ;
- la partie coulissante comporte aussi une réglette de neuf autres traits, gradués de 1 à 9, et séparés de 0,9 mm (le trait 0 est le trait principal).
- le trait du vernier qui est en correspondance avec un des traits de la partie fixe (quel qu'il soit) donne le chiffre des dixièmes de mm.

 


Des livres de Maths 


Livraison mathématique

Toutes les nouveautés du rayon Mathématiques de votre librairie virtuelle...

 

Dans les blogs de Maths